Le référencement naturel ou SEO (Search Engine Optimisation), c’est le fait d’optimiser un site web pour caresser les moteurs de recherche dans le sens du poil.

En réalité, derrière les trois lettres SEO se cachent de très nombreuses tâches qui permettent d’optimiser votre site (On-site) et ses relations avec le monde numérique (Off-site).

Les optimisations Off-site s’orientent principalement autour de la mise en place d’un portefeuille de « backlinks » en provenance d’autres sites. Ces liens « retour » agissent comme autant de recommandations qui garantissent une certaine « autorité » auprès de Google. Les optimisations on-site concernent essentiellement le SEO technique et les contenus du site web.

Si, par le passé, on envisageait la promotion d’un site à sa mise en ligne, il est aujourd’hui primordial d’intégrer cette réflexion dès la conception du projet, et ce dans de nombreuses directions.

Essayons de comprendre pourquoi…

Pour que votre site plaise, encore faut-il qu’on le trouve !

Le paradoxe d’un site web est qu’il doit, à la fois plaire à l’internaute, mais être aussi adapté aux robots des moteurs comme Google, Bing… et là, c’est une autre paire de manches !

On estime que près de 90% des utilisateurs ne dépassent pas la première page des résultats de recherche (Search Engine Response Page) et qu’environ 60% ne consultent que les trois premières URL proposées dans les résultats naturels de Google. Ces résultats correspondent aux Urls qui se situent en dehors des liens signalés par un badge « annonce ». Ces derniers relevant du SEA (Search Engine Advertising) !

Trouver un site dans le labyrinthe du web
Crédit photo : Susan Q Yin sur Unsplash

Autant dire que l’optimisation SEO est un enjeu fort pour les organisations, si l’on considère qu’il s’agit d’un des rares leviers publicitaires « gratuits » et effectif à moyen long terme.

Le SEO a encore un fort impact sur la recherche vocale, via la mise en place de contenus enrichis, et, dans un contexte de défiance vis à vis de la publicité en ligne, on peut penser qu’il prendra davantage d’importance dans les mois à venir.

En effet, la principale préoccupation de Google est d’améliorer constamment la pertinence de ses résultats de recherche, afin de proposer une expérience optimale à ses utilisateurs. C’est là qu’interviennent les nombreux critères des algorithmes de Google dont tout le monde parle.

Pas si simple ! Il y a en réalité une constellation d’algorithmes, « secrets » (comme une recette Coca-Cola), qui analysent en permanence votre site web et ses interactions avec la toile.

Un des derniers-nés de Google en la matière : le projet Core Web Vitals. Sa mission est d’améliorer l’expérience utilisateur (UX) en analysant trois critères d’une page web : ses performances de chargement, son niveau de réactivité et sa stabilité visuelle.

Les algorithmes sont-ils vos amis ?

Clairement pas tous ! Pour simplifier, on peut distinguer deux grandes catégories d’algorithmes :

  • la première favorise les sites correctement optimisés et répondant aux principaux critères tels que : rapidité, qualité du code, optimisation mobile (mobile-friendly), sécurisation (HTTPS), signaux de confiance pour n’en citer que quelques-uns.
  • la seconde pénalise les sites qui se jouent des recommandations, voire tentent de « tricher » via des procédés proscrits comme les liens artificiels, les contenus dupliqués ou encore la sur-optimisation.
Les algorithmes, vrais ou faux amis ?
Crédit photo : Freepick

Pour obtenir les faveurs des moteurs de recherche, il faut donc raisonner SEO dès qu’on envisage la conception d’un site web.

L’arborescence de votre projet doit être pensée afin de regrouper et lier les pages entre elles par thématique : c’est le maillage interne ou linking interne (pour aller plus loin, voir la notion de construction en silo, siloing, etc).

Il faut également s’interroger sur le bien-fondé de chaque page : « Suis-je en train de faire du remplissage ? », avec pour conséquence de voir vos visiteurs décrocher.

Enfin, le choix de votre expression clé, principale, et de vos mots clés en général (Keywords) sont votre cheval de bataille. Il est indispensable de se mettre à la place de l’utilisateur pour imaginer quelles requêtes il tapera pour vous trouver. N’ayez crainte, il y a des outils qui le font à merveille. On pourra encore renvoyer au concept de SXO, mot-valise créé sur le SEO et l’UX, particulièrement en vogue en ce moment et qui se propose d’aligner l’expérience utilisateur et le Seo afin de proposer un parcours pensé de A à Z, de la recherche à la visite sur le site.

Quoi qu’il en soit, toute l’efficacité de votre action repose finalement sur une seule question, à ne jamais perdre de vue : « Est-ce que mon site apporte plus de valeur ajoutée ? ». Gardez également à l’esprit que Google s’attend à ce que ses utilisateurs trouvent leur réponse le plus rapidement possible. On dit souvent qu’il est devenu un moteur de réponse.

Les 10 commandements du SEO on-site. Pardon, les 5… :

Crédit photo : Giphy
  • L’url de votre page, sa balise méta-titre et sa méta-description (ce qui apparaîtra dans les résultats de recherche) doivent impérativement être optimisées et comporter votre expression principale, le référencement de votre site en dépend. Grâce aux « rich snippet » ou données structurées, vous pouvez encore bénéficier d’une présence dans les résultats enrichis. À ne pas négliger !
  • Vos textes doivent être structurés et hiérarchisés : les balises « hn » permettent de créer des intertitres judicieux et les balises « alt » enrichissent vos photos d’une description, appelée texte alternatif, lue aussi par les robots. Les balise « hn » ou « alt » sont encore utilisées par les lecteurs d’écran. Elles permettront de rendre votre site plus accessible.
  • Vos mots clés doivent être nombreux, légitimes et placés harmonieusement dans le texte. C’est sans doute le travail le plus délicat, chuchoter à l’oreille de Google tout en séduisant l’internaute par un contenu de qualité. C’est le travail de sémantique.
  • L’architecture de votre site doit encore offrir une navigation fluide et proposer au visiteur un accès « sans effort » à l’information. Grâce au maillage interne vous guidez la visite entre les pages avec l’utilisation judicieuse de liens internes balisés par des ancres. Ces derniers transmettront le ‘jus Seo » à l’intérieur de votre site, reprenant les principes des backlinks externes, puisque le classement de votre site se fait page par page.
  • Techniquement, il est préférable que votre site soit une F1. Dites-vous que le chargement de vos pages doit « décoiffer » le visiteur. En effet, « l’unité de patience » d’un internaute lambda est de l’ordre de 3 secondes. Au-delà de ce délai, vous prenez le risque de le voir partir…

Évidemment, le but de cet article n’était pas d’être exhaustif, une page n’y aurait pas du tout suffi ! En levant un coin du voile sur ce vaste sujet, le but est de vous amener à vous poser les bonnes questions et à aborder vos projets web avec lucidité.

Nous sommes toujours à votre disposition pour en parler ensemble et vous guider dans la quête du Graal : les positions 1 & 0 !?

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.